L'allemand au Danemark
xx-xx-xxxx
http://www.uoc.es/euromosaic/web/document/alemany/fr/i2/i2.html
Research Centre of Multilingualism
English version
L'allemand au Danemark
  1. Introduction à la langue
  2. La langue dans le pays où elle est parlée
    1. Données générales sur la communauté linguistique
    2. Description géographique, démographique et linguistique
    3. Histoire générale de la région et de la langue
    4. Statut juridique et politique officielle
  3. Présence et usage de la langue par domaines
    1. Enseignement
    2. Autorités judiciaires
    3. Autorités et services publics
    4. Masse média et technologies de l'information
    5. Production et industries culturelles
    6. Le monde des affaires
    7. Usage familial et social de la langue
    8. Echanges transfrontaliers
  4. Conclusion


1. Introduction à la langue

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2. La langue dans le pays où elle est parlée

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2.1. Données générales sur la Communauté linguistique

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2.2. Description géographique, démographique et linguistique

Les 15 à 20 membres de la minorité nationale allemande utilisent la langue allemande ("Deutsch" en allemand, "Tysk" en danois), dans sa variété de haut allemand standard, dans le département du Jutland-du-Sud, ou Schleswig du Nord (dan.: "Sonderjyllands Amt", all.: "Kreis Nordschleswig"), une région de 3938 km2 dans le Royaume danois, entre la frontière germano-danoise et le Kongeaaen. Quelque 20 % d'entre eux utilisent l'allemand pour la communication quotidienne. Les Allemands sont concentrés à et autour de Tinglev (all.: Tingleff), Aabenraa (Apenrade) et Haderslev (Hadersleben). Les langues de contact sont la langue de la majorité, le danois standard ("Rigsdansk") et le jutlandais du sud ("Sonderjysk"), un dialecte danois qui est la langue familière dominante de la région, tandis que l'allemand est la langue "noble" plus formelle utilisée lors des réunions, des discussions et à l'église. Officiellement, le Danemark est monolingue; l'allemand est officiellement reconnu et encouragé dans la région, mais n'a pas de statut officiel.

En dehors de la région minoritaire, l'allemand est utilisé par les membres de la paroisse St-Pierre à Copenhague, qui possède toujours une église et une école.

L'allemand est la langue de l'enseignement dans les écoles (privées) de la minorité. Il est enseigné en tant que matière dans toutes les écoles secondaires danoises. Il y a une presse minoritaire. Les radios et télévisions (danoises) de la majorité diffusent rarement des émissions en allemand. L'allemand est un important moyen de communication pour les transactions transfrontalières avec le Land voisin du Schleswig-Holstein et avec la République fédérale d'Allemagne. L'allemand est la langue de toutes les activités culturelles de la minorité, qui est représentée sur le plan politique par 16 conseillers dans 9 conseils municipaux dans la région. La minorité a aussi un représentant à l'assemblée régionale (dan.: "amtsraad") du Sonderjylland. Les "conseillers familiaux" de la minorité allemande assurent les autres contacts entre la communauté et l'administration régionale/locale.

La population totale de la région, qui compte 250000 habitants environ, est restée stable au cours des dernières décennies. La majeure partie d'entre eux vit dans les régions rurales, beaucoup vivent dans les petites villes, peu dans les zones semi-urbaines. Il n'y a pas de grandes villes dans la région. L'allemand est la première langue d'environ 8000 membres de la minorité, qui l'utilisent quotidiennement. Son statut et son usage ont diminué immédiatement après la Deuxième Guerre mondiale. Ils ne sont jamais revenus à la situation antérieure. La région est toujours essentiellement agricole, le tourisme prenant une importance croissante. L'industrialisation a affecté cette région "périphérique" beaucoup plus tard et plus lentement que le reste du Danemark. Son économie est toujours à la traîne, son niveau de vie reste légèrement inférieur à celui du reste du Danemark. Certains des membres les mieux formés de la minorité ne peuvent donc pas trouver d'emploi adéquat dans leur communauté et s'en vont (ou restent ailleurs).

Officiellement, le Schleswig du Nord est monolingue danois, comme le reste du Danemark. Bien que l'allemand n'ait pas de statut officiel dans la région, la minorité allemande est libre de s'identifier à l'ethnicité et à la culture allemandes. Cette identification ne peut être niée ou contrôlée par les autorités. Le Danemark est responsable de la qualité de l'enseignement de l'allemand en tant que langue étrangère. Les écoles, églises et bibliothèques allemandes de la minorité sont aidées financièrement. Le gouvernement danois accepte l'existence de jardins d'enfants, d'écoles, de bibliothèques, d'organisations culturelles et de clubs sportifs allemands. Leur statut est garanti par l'Accord germano-danois de 1955 ("Bonn-Kopenhagener Erklärungen").

La minorité allemande du Danemark est officiellement représentée par le "Bund Deutscher Nordschleswiger") (4100 membres) et son parti politique, le "Slesvigsk Parti" ("Schleswigsche Partei - Parti du Schleswig) et la "Deutscher Schul- und Sprachverein für Nordschleswig" (Association des écoles et de la langue allemandes pour le Schleswig du Nord), qui promeut activement la langue et la culture allemandes au sein de la minorité.

Il n'y a pas eu de problèmes réels entre cette minorité et la population majoritaire depuis les accords germano-danois de 1955. La langue/minorité allemandes reçoivent une aide financière du Land allemand du Schleswig-Holstein et du Gouvernement fédéral allemand.

[Retour au sommaire]


2.3. Histoire générale de la région et de la langue

Voir 2.2.

[Retour au sommaire]


2.4. Statut juridique et politique officielle

Voir 2.2.

[Retour au sommaire]


3. Présence et usage de la langue par domaine

3.1. Enseignement

L'Association des écoles et de la langue allemandes ("Deutscher Schul- und Sprachverein") subvient aux besoins de 24 jardins d'enfants allemands et 18 écoles allemandes. L'allemand est la langue principale et obligatoire de tous les jardins d'enfants allemands, des écoles primaires allemandes et de l'école secondaire allemande ("Deutsches Gymnasium") d'Aabenraa. Quelque 600 enfants fréquentent les jardins d'enfants allemands, 1200 étudiants sont inscrits dans les écoles allemandes. Le niveau des inscriptions est resté stable au cours des dernières décennies. Il y a beaucoup de matériel scolaire allemand pour tous les niveaux d'enseignement. Près de 90 % des étudiants étudient la langue allemande dans les écoles publiques danoises. Elle est proposée à partir de la 7ème classe et sera bientôt proposée plus tôt encore. Elle est facultative dans certaines écoles professionnelles et techniques. Toutes les universités, les écoles normales et les écoles du soir danoises proposent des programmes d'études allemands. Il y a suffisamment de professeurs d'allemand bien formés. Le gouvernement danois a veillé à introduire/inclure des informations relatives à la langue et à la culture allemandes dans l'enseignement public. Le Ministère de l'Education danois a un conseiller spécial pour l'allemand. Le directeur des écoles du Schleswig du Nord supervise les écoles de la minorité allemande.

[Retour au sommaire]


3.2. Autorités judiciaires

Dans le système judiciaire, des interprètes sont commis lorsque les plaideurs ont une connaissance insuffisante du danois. Tous les comptes-rendus et documents sont en danois. Les membres des tribunaux doivent utiliser le danois.

[Retour au sommaire]


3.3. Autorités et services publics

L'allemand est rarement utilisé dans l'administration publique du Danemark, qui est officiellement monolingue. Tous les membres de la minorité allemande parlent couramment danois. La connaissance de l'allemand est un atout pour les fonctionnaires danois et est très utile pour les transactions frontalières.

Conformément au monolinguisme officiel du Danemark, tous les documents et communications officiels sont en danois. De manière extra-officielle, il est possible d'utiliser l'allemand avec, p. ex., des (im)migrants allemands récents dont le danois est déficient. Au sein de la région minoritaire, l'allemand est parfois utilisé dans le secteur des services publics. Les prénoms et noms de famille allemands sont utilisés par toute la population minoritaire, les noms de lieux allemands rarement. Les panneaux et directions officiels sont en danois uniquement, sauf s'ils font référence aux établissements de la minorité allemande.

[Retour au sommaire]


3.4. Mass médias et technologies de l'information

L'allemand est officiellement autorisé dans les médias, bien qu'il ne soit pas particulièrement encouragé. Un journal allemand, "Der Nordschleswiger", qui paraît presque exclusivement en allemand, a un tirage quotidien d'environ 4000 exemplaires. Le journal de l'association allemande pour les études régionales ethniques ("Heimatkundliche Arbeitsgemeinschaft für Nordschleswig") est publié deux fois par an en allemand et un calendrier allemand ("Deutscher Kalender für Nordschleswig") est produit chaque année. Les journaux et magazines publiés en Allemagne se trouvent facilement dans les kiosques locaux.

Il n'y a pas de stations de radio ni de télévision allemandes dans la région minoritaire, mais les émissions de radio et de télévision allemandes peuvent être et sont captées régulièrement et fréquemment. Elle sont d'ailleurs très populaires au sein de la population majoritaire également.

[Retour au sommaire]


3.5. Production et industries culturelles

La petite minorité allemande ne produit que quelques livres par an, le plus souvent des poèmes et des nouvelles, à faibles tirages. Des troupes de théâtre professionnelles venant de l'autre côté de la frontière se produisent dans la région. Une ancienne tradition de productions théâtrales amateurs existe toujours dans le Schleswig du Nord. Elle est encouragée par l'Union des Habitants allemands Schleswig du Nord ("Bund Deutscher Nordschleswiger"). Chaque année, un festival culturel et sportif très populaire a lieu sur le mont Knivsberg (la "Knivsbergfest"), où l'allemand est la principale langue d'interaction.

Les bibliothèques allemandes sont encouragées par des fonds danois, d'autres institutions et activités le sont principalement par des sources officielles allemandes, par le biais de l'Union des Habitants allemands du Schleswig du Nord.

En outre, le département du Sonderjylland parraine et encourage de plus en plus des initiatives culturelles bilingues, où le danois et l'allemand sont utilisés en parallèle.

[Retour au sommaire]


3.6. Le monde des affaires

La connaissance de l'allemand est un atout évident pour l'emploi dans la région, surtout dans le secteur du tourisme. L'allemand n'est pas utilisé très souvent dans la publicité, bien que son usage semble augmenter pour attirer les clients allemands d'au-delà de la frontière. Toutes les inscriptions et informations destinées aux consommateurs qui figurent sur les produits danois doivent être en danois. Elles peuvent aussi être en allemand (et/ou en anglais). Beaucoup de produits commercialisés dans la région sont importés d'Allemagne. L'allemand est clairement souhaitable pour les transactions commerciales dans cette région frontalière et est souvent entendu dans les magasins de détail et les activités touristiques. La politique officielle danoise en matière d'enseignement souligne l'importance nationale de connaître d'autres langues, surtout l'allemand, mais aussi l'anglais et le français.

[Retour au sommaire]


3.7. Usage familial et social de la langue

Presque tous les parents parlant allemand utilisent cette langue avec leurs enfants. Après la Deuxième Guerre mondiale, l'importance et l'usage de l'allemand ont diminué pour des raisons politiques. La plupart des jeunes utilisent le dialecte sud-jutlandais (ou "Sonderjysk" en danois) pour nouer des liens sociaux, parfois l'allemand. La plupart des mariages sont exogames. La fréquentation de l'église par la minorité est un peu plus élevée (6 %) que par la population majoritaire. Dans toute la région, il y a des ministres allemands et danois qui organisent régulièrement des offices dans les deux langues. Environ 75 % des membres du clergé local parlent allemand. Ils sont tous protestants, ou presque. L'église nationale danoise a ouvert des offices spéciaux pour les personnes parlant allemand dans les villes de la région (Aabenraa, Haderslev, Sonderborg, Tonder). Dans les régions rurales, une "paroisse libre" établie par la loi danoise, et affiliée à l'Eglise d'Elbe du Nord du Schleswig-Holstein ou de Hambourg, est ouverte aux membres de la minorité.

L'allemand est certain de survivre dans la région en tant que langue "noble" ou que "langue culturelle", peut-être moins en tant que langue familière. Les membres de la minorité considèrent qu'elle est tout à fait nécessaire, les tiers qu'elle est plutôt utile, surtout pour communiquer avec leurs voisins du sud et les visiteurs allemands. Les diplômés des écoles minoritaires ont une bonne maîtrise de l'allemand. Ils le connaissent mieux que leurs parents. Presque tous les Danois apprennent l'allemand à l'école et ont la possibilité de poursuivre et d'améliorer leurs connaissances (de l'allemand).

[Retour au sommaire]


3.8. Echanges transfrontaliers

Des échanges transnationaux réguliers et fréquents avec l'Allemagne voisine existent à tous les niveaux.

[Retour au sommaire]


4. Conclusion

Il existe certaines similitudes et différences intéressantes entre la minorité allemande du Schleswig du Nord, la "Nordschleswiger", qui est établie au nord de la frontière germano-allemande au Danemark, et la "Sydslesvigse", la minorité danoise établie au sud de cette frontière, en Allemagne. Leur principale similitude est le statut de minorités protégées et encouragées dont elles bénéficient depuis les "déclarations" de sauvegarde des gouvernements nationaux des deux majorités, les fameuses "Déclarations de Bonn-Copenhague" (Bonn-Kopenhagener Erklärungen") de 1955. Ces dernières ont garanti, aux habitants des deux côtés de la frontière, le droit d'utiliser leur langue dans l'enseignement, le culte religieux et les campagnes politiques. Tous les membres des deux minorités maîtrisent bien la langue de la majorité.

Les différences commencent avec les histoires politiques des deux communautés, qui ont été très divergentes depuis les guerres franco-prussiennes. En ce qui concerne leurs effets sur la situation actuelle, seuls les événements politiques des cinquante dernières années sont pris en considération ici. La fin de la 2ème Guerre mondiale, en 1945, a marqué un tournant dans l'histoire des deux communautés: les Danois allemands ont subitement perdu un statut et un pouvoir suprêmes pour connaître une disgrâce nationale et des stigmates, tandis que les Allemands danois ont connu un pouvoir accru, une popularité et une attirance sans précédent, ainsi qu'une vague de conscience, d'identité ethnique, d'usage de la langue et de prestige du danois au sud de la frontière. Au nord, les Allemands ont connu une situation inverse, avec des augmentations et des diminutions concomitantes, respectivement, du nombre de membres. La déclaration de Kiel de 1949 a encouragé davantage encore le mouvement danois en Allemagne du Nord; la disparition des Danois allemands dans le Schleswig du Nord n'a pas été interrompue par des assurances similaires avant la restauration de la souveraineté allemande et sa reprise économique considérable, qui ont permis aux déclarations de 1955 de mettre les deux minorités "sur un pied d'égalité". Pour la minorité allemande au Danemark, les pertes ont toutefois été irrémédiables; pour la minorité danoise allemande, le nouveau rôle important de l'Allemagne a entraîné une certaine diminution de la population de base. Le parti de la minorité danoise a cependant réussi à dépasser la clause des 5 % et conserve toujours au moins un représentant au niveau du gouvernement supra-régional; le parti allemand correspondant au Danemark a perdu son siège.

Il y a d'importantes différences quantitatives entre les deux minorités: alors que leurs régions géographiques ont une taille similaire, le nombre de membres des communautés minoritaires diffèrent beaucoup. Les chiffres du nombre total de membres des communautés proviennent d'estimations de correspondants et diffèrent beaucoup. Voici les chiffres les plus fiables en ce qui concerne le nombre de membres des deux communautés: "Bund Deutscher Nordschleswiger" (Association des Allemands du Schleswig du Nord): 4membres; "Sydslesvigsk Forening" (Association du Schleswig du Sud"): 17membres. Inscriptions dans les jardins d'enfants et écoles allemands: 1.800, dans les institutions danoises en Allemagne: 7.500.

La distribution sociale des membres des minorités est elle aussi assez similaire. Toutes deux sont établies dans les petites villes et à la compagne, bien que la minorité danoise en Allemagne soit fort concentrée dans la main-d'oeuvre du chantier naval de la (grande) ville frontière de Flensburg. Le côté danois profite désormais d'un flux constant de touristes allemands dans toute la région, alors que les Danois viennent en touristes d'un jour ou pour faire des achats, généralement dans la ville allemande de Flensburg, moins à la campagne et dans les petites villes intérieures.

Le statut national de la langue allemande au Danemark est incomparablement plus élevé que celui du danois en Allemagne. Toute école danoise propose l'allemand au-delà de la 6ème classe, de sorte que presque tout Danois instruit connaît au moins un peu d'allemand; le danois n'est proposé que comme matière facultative dans les écoles allemandes proches de la frontière danoise. De nombreuses stations de radio et de télévision allemandes sont captées dans tout le Danemark, tandis que les stations danoises ne sont captées que dans le nord de l'Allemagne, surtout dans la région frontalière.

Enfin, et c'est un aspect très important, l'usage de la langue ethnique est très différent dans les deux communautés. Outre l'allemand, le moyen de communication quotidien de la minorité danoise en Allemagne est un danois standard ("Rigsdansk") teinté de quelques régionalismes. La minorité allemande au Danemark utilise un dialecte danois régional, le "Sonderjysk", comme moyen quotidien familier d'interaction, et garde l'allemand, dans sa forme standard élevée de "Hochdeutsch", ou haut allemand, pour l'usage (formel) lors des réunions de la communauté, dans les églises et pour la communication écrite. Les Danois allemands sont donc toujours diglossiques (en "Sonderjysk" et en "Rigsdansk") et bilingues (en danois et (haut) allemand); les Danois allemands sont généralement bilingues (en allemand et danois standard), et parfois aussi diglossiques en haut et bas allemand.

[Retour au sommaire]

©Euromosaic