Le frison en Allemagne: le frison septentrional ("friisk")
xx-xx-xxxx
http://www.uoc.es/euromosaic/web/document/friso/fr/i3/i3.html
Research Centre of Multilingualism
English version
Le frison en Allemagne
Le frison septentrional ("friisk")
  1. Introduction à la langue
  2. La langue dans le pays où elle est parlée
    1. Données générales sur la communauté linguistique
    2. Description géographique, démographique et linguistique
    3. Histoire générale de la région et de la langue
    4. Statut juridique et politique officielle
  3. Présence et usage de la langue par domaines
    1. Enseignement
    2. Autorités judiciaires
    3. Autorités et services publics
    4. Masse média et technologies de l'information
    5. Production et industries culturelles
    6. Le monde des affaires
    7. Usage familial et social de la langue
    8. Echanges transfrontaliers
  4. Conclusion


1. Introduction à la langue

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2. La langue dans le pays où elle est parlée

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2.1. Données générales sur la Communauté linguistique

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2.2. Description géographique, démographique et linguistique

Le frison septentrional (ci-après abrégé en FS; all. : "Nordfriesisch"; frison: "Friisk") est une langue germanique occidentale parlée par environ 9000 personnes sur les Iles frisonnes du Nord en Mer du Nord et sur la côte ouest du Land de Schleswig-Holstein, au sud de la frontière germano-danoise en République fédérale d'Allemagne. Il est divisé en dialectes insulaires de Sylt ("Sölring"), Föhr ("Fering"), Amrum ("Imörgang") et Helgoland ("Halunder"), et en variétés continentales de Wieding-, Böking-, Karr-, Norder-, et Mittelgös-harde. Les dialectes insulaires sont fort distincts les uns des autres, tandis que les variétés continentales sont plus unifiées. Le FS s'écrit en écriture romaine, dans une orthographe dont les origines remontent au début du siècle passé. Son premier document littéraire est une traduction du catéchisme de Luther datant de 1600 environ. En dehors de sa région d'origine, on estime qu'il y a environ 10 000locuteurs ailleurs dans le Schleswig-Holstein, et surtout dans les Etats américains de New York et de Californie. Le FS n'a pas de statut officiel en Allemagne. Son usage dans l'enseignement est régi par la loi de l'enseignement de 1947. L'arrondissement de Frise septentrionale compte une population totale de 155 000 habitants; elle est restée relativement stable ces trente dernières années. Les autres langues parlées dans la région sont le haut et le bas allemand, le danois et le jutlandais. La langue principale est le haut allemand.

28 % de la population vivent dans les zones rurales, 58 % dans les zones semi-urbaines et 14 % dans les (petites) implantations urbaines. Le FS est la langue maternelle d'environ 8000 des 9000 locuteurs. Le nombre de personnes parlant FS a diminué ces trente dernières années. Autrefois, l'agriculture était la principale activité économique. Aujourd'hui, c'est le tourisme, surtout dans les îles, et de plus en plus sur le continent également. 51 % de la population travaillent dans le secteur tertiaire. 25 % dans les industries manufacturières, 21 % dans les transports et le commerce, et 3 % dans l'exploitation fermière et la pêche.

L'usage et la préservation du FS ont été affectés négativement par le conflit séculaire entre l'Allemagne et le Danemark et par le récent développement industriel et touristique de la région. La communauté a résisté et a réagi en introduisant le FS dans l'enseignement et la publication, et en organisant des réunions destinées à promouvoir sa langue et sa culture.

[Retour au sommaire]


2.3. Histoire générale de la région et de la langue

Voir 2.2.

[Retour au sommaire]


2.4. Statut juridique et politique officielle

La constitution de 1990 du Land de Schleswig-Holstein prévoit la protection et l'aide de la population FS. La République fédérale d'Allemagne n'a pas de politique officielle concernant le FS. L'inclusion d'un article relatif aux minorités dans la nouvelle constitution allemande et l'inclusion du frison dans la partie III de la Charte européenne sur les Minorités sont en cours de discussion. Les évolutions politiques récentes au niveau du Land sont très favorables au FS. En 1988, un Conseil des Affaires frisonnes a été créé dans le Schleswig-Holstein et un conseiller spécial aux affaires frontalières, responsable du frison, a été adjoint aux services du gouverneur. Le budget du Land de 1991 comprenait un poste pour les activités culturelles du groupe ethnique frison.

[Retour au sommaire]


3. Présence et usage de la langue par domaine

3.1. Enseignement

L'éducation est du ressort du Ministère des Femmes, de l'Education et des Sports dans la capitale du Land, Kiel. Sa politique officielle est favorable au FS, même si aucune disposition légale officielle ne la régit. Le FS est utilisé facultativement dans l'enseignement préscolaire; un total d'environ 90 enfants reçoivent une petite partie de leur instruction en FS. En 1991, le FS a été introduit dans deux jardins d'enfants, à titre de projet pilote jusqu'en 1996. Cela a stimulé l'intérêt pour un projet similaire dans les Iles de Sylt et Amrum. Au niveau primaire, le FS est une langue d'enseignement facultative dans quelques écoles. Environ 785 élèves reçoivent leur instruction en FS. Le peu de matériel disponible est réservé à l'enseignement de la langue exclusivement. Ces dernières années, le FS a pris de l'importance dans l'enseignement primaire. Le nombre d'écoles, de professeurs et d'étudiants impliqués dans l'enseignement du FS a augmenté. Un inspecteur spécial est nommé pour le frison depuis 1984. Les principaux problèmes sont toutefois l'absence d'une base légale solide, d'une méthodologie d'enseignement bilingue, le manque de matériel et de développement du programme.

Le FS est une matière facultative dans certaines institutions d'enseignement secondaire. Quelque 200 étudiants bénéficient d'une instruction en FS. Le rare matériel disponible est destiné à l'enseignement de la langue, à l'histoire et à la géographie. Une faible augmentation de l'usage du FS a été constatée ces dernières années. Le FS n'est pas utilisé dans l'enseignement professionnel et technique.

Il existe une formation de professeurs en/pour le FS. Il est enseigné en tant que langue moderne dans les universités et les cours pour adultes. Une chaire de philologie frisonne a été créée en 1978 à l'Université de Kiel, suivie par une autre chaire de frison à l'école normale de Flensburg.

Environ 100 personnes sont inscrites aux cours de FS pour adultes proposés par les associations culturelles locales ("Kulturring"), les Clubs frisons et les universités populaires ("Volkshochschule"). L'histoire de la langue frisonne et de sa culture figurent au programme des cours de langue frisonne, des études régionales et locales.

L'école normale de Flensburg propose le frison en tant que matière d'enseignement aux niveaux primaire et secondaire. Un programme de formation pour les professeurs des écoles secondaires est également proposé à l'Université de Kiel. Des ateliers de formation permanente pour professeurs ont lieu deux fois par an.

L'autorité de supervision est le Ministre d'Etat des Femmes, de l'Education et des Sports et le service de l'enseignement de Frise septentrionale.

L'usage du FS dans l'enseignement s'est étendu depuis 1976, grâce aux efforts consentis par la direction ethnique frisonne et les responsables des écoles, plutôt que par les parents, qui, après une certaine opposition, sont désormais davantage d'accord avec la politique menée.

[Retour au sommaire]


3.2. Autorités judiciaires

Le FS n'a pas de statut dans le système judiciaire. Il n'est pas utilisé dans les tribunaux. Dans un seul cas, la constitution d'un club en FS a été acceptée par un tribunal d'instance après qu'une traduction allemande y ait été jointe.

[Retour au sommaire]


3.3. Autorités et services publics

Le FS est parfois utilisé pour la communication orale dans les services locaux, mais rarement par écrit. Il n'y a pas de politique linguistique officielle déterminant son usage. Au sein des services locaux, les interlocuteurs utilisent la langue qu'ils ont l'habitude d'utiliser à l'extérieur de ceux-ci.

Le FS oral est utilisé dans certains conseils communautaires. La littérature en FS est trop limitée pour constater un usage écrit. La langue générale des communications officielles est l'allemand.

Les noms de personnes, les signaux routiers et de directions sont généralement en allemand, bien que certains noms de lieux et de rue soient originairement frisons. Dans certaines communautés de Frise septentrionale, des noms de rue frisons ont récemment été (ré)introduits.

[Retour au sommaire]


3.4. Mass médias et technologies de l'information

L'usage du FS dans les médias est autorisé, mais il n'est pas régi, ni encouragé officiellement. Les journaux locaux allemands ("Nordfriesland Tageblatt, Sylter Rundschau, Inselbote") et le journal de la minorité danoise, le "Flensborg Avis", publient parfois des articles en FS (une demi-page par mois).

Le magazine du "Forining for Nationale Friiske", "seusen euine Wüi", qui paraît de manière irrégulière, est publié en frison; le magazine trimestriel "Nordfriesland" et le mensuel "Helgoländer" publient 10-15 % d'articles en FS, le calendrier (annuel) de l'association FS contient quelque 2 % d'inscriptions en FS. La moitié du journal (irrégulier) de la division jeunesse de l'institut FS, "Frisica Nova", est rédigée en FS.

Toute l'aide financière accordée à ces publications provient indirectement des organisations qui en sont à l'origine.

La représentation du FS à la radio est minimale. La Radio d'Allemagne du Nord (NDR) diffuse un bulletin d'information hebdomadaire de 2 minutes en FS, qui est préparé par l'Institut FS.

Un film documentaire frison d'une heure, "Klaar Kimming", dans lequel tous les participants frisons utilisent leur propre dialecte, est distribué avec des sous-titres allemands, danois et/ou anglais.

La préparation de textes FS sur des claviers standard pose des problèmes pour certaines voyelles diacritiques et le "d" interdental. Un logiciel adéquat permet toutefois de gérer ces problèmes.

[Retour au sommaire]


3.5. Production et industries culturelles

La production littéraire en FS est d'environ 3 livres par an, dont des grammaires et des dictionnaires, des livres pour enfants et des collections de chansons et de nouvelles, en tirages limités.

La musique folklorique FS est produite et jouée par le Graseth Duo et par Knut Kiesewetter, qui est connu au-delà de sa région et a sorti plusieurs disques.

Environ huit troupes de théâtre amateurs produisent des pièces frisonnes, traditionnelles et contemporaines, qui ont beaucoup de succès. Elles font généralement partie d'une organisation FS et sont aidées par celle-ci. Il y a des choeurs frisons et des groupes de costumes ("Trachtengruppe"). Des concours de lecture et d'écriture de frison sont organisés également. La plupart de ces activités ont lieu en FS.

Les autorités linguistiques du FS sont l'Institut de Frise septentrionale ("Nordfriesisches Institut") à Bredstedt, fondé en 1964 et subventionné par le Land de Schleswig-Holstein, l'arrondissement ("Kreis") de Frise septentrionale, la Ville de Bredstedt, la minorité danoise et par des revenus auto-générés, ainsi que par le Bureau des Dictionnaires FS ("NF Wörterbuchstelle") de l'Université de Kiel, qui existe depuis 1950.

[Retour au sommaire]


3.6. Le monde des affaires

La connaissance du FS est rarement requise pour un emploi, sauf, bien sûr, pour les professeurs de FS dans les écoles et pour les employés de l'Institut de Frise septentrionale.

Il y a peu de campagnes publicitaires en FS.

[Retour au sommaire]


3.7. Usage familial et social de la langue

Dans les Iles de Sylt, Föhr et Amrum, de nombreux parents utilisent toujours le FS avec leurs enfants. Dans le reste de la région, le passage au bas ou haut allemand progresse. Dans les Iles de Föhr, Amrum et autour de Risum-Lindholm sur le continent, les jeunes locuteurs nouent toujours des liens sociaux par le biais du FS, ailleurs, par le haut allemand.

Le FS a un statut plus élevé dans les îles que sur le continent, où son statut s'est toutefois amélioré ces dernières années.

Peu de personnes parlant FS vont régulièrement à l'église. La connaissance du FS est minimale parmi les membres du clergé. Des offices en FS n'ont lieu que sporadiquement. Certains évangiles du Nouveau Testament (Marc et Matthieu) ont été traduits en FS (1955). Dans certaines communautés, la famille peut choisir librement la langue des cérémonies religieuses; elles ont toutefois rarement lieu en FS.

De nombreux Frisons septentrionaux sont inquiets pour l'avenir de leur langue et considèrent que son usage est relativement limité dans la communication moderne. Les personnes extérieures à la communauté sont tout aussi pessimistes.

Dans les Iles de Föhr et Amrum, la jeune génération utilise encore souvent le FS, bien que les initiés aient un regard critique sur la qualité de leur langue.

Le déclin continu du frison au profit de l'allemand est contré par une augmentation des activités de préservation culturelles et linguistiques. Beaucoup de choses dépendront des deux titulaires de chaire qui seront nommés et du fait qu'ils susciteront, ou non, un effort de planification linguistique davantage orienté vers la pratique.

[Retour au sommaire]


3.8. Echanges transfrontaliers

Des échanges réguliers ont lieu avec la Frise occidentale néerlandaise lors du Congrès frison international, du Congrès philologique, des réunions de fermiers, et des réunions d'administrateurs et de législateurs locaux.

[Retour au sommaire]


4. Conclusion

Voici un bref résumé comparant certaines caractéristiques marquantes des trois langues minoritaires frisonnes en Europe, à savoir aux Pays-Pas et en Allemagne, telles qu'elles ont été rapportées dans les questionnaires distribués par les correspondants de la région et résumés dans le(s) rapport(s) précédent(s).

La caractéristique la plus manifeste est la différence de taille considérable entre les trois communautés. La communauté frisonne occidentale néerlandaise est la "géante", avec 400locuteurs, les deux groupes frisons allemands sont de petits "David", avec le minuscule groupe frison oriental, qui compte 2000 locuteurs, et le groupe frison septentrional, qui en compte 9000. Leur proportion par rapport aux populations totales de leur région respective est très différente également: 2/3 de la population de Frise néerlandaise parlent frison, contre seulement 18 % en Frise orientale allemande et à peine 7 % en Frise septentrionale (il faut toutefois noter qu'il y a une concentration beaucoup plus élevée de la population parlant frison sur les Iles reculées de la Mer du Nord).

Sur le plan linguistique, il apparaît que le frison occidental est beaucoup plus unifié et standardisé que le frison oriental ou septentrional, qui sont beaucoup plus restreints et dialectisés, surtout le frison septentrional insulaire. Le frison occidental a élaboré une orthographe acceptée, officiellement autorisée par le gouvernement régional. Le frison septentrional, peut-être à cause des importantes différences dialectales internes, n'est pas aussi unifié, et les Frisons orientaux ont adopté l'orthographe de leurs voisins frisons néerlandais.

En ce qui concerne l'usage public et la visibilité, le frison néerlandais est une fois encore loin devant les deux langues frisonnes allemandes. En Frise néerlandaise, le frison est une matière obligatoire aux niveaux primaire et secondaire; dans les provinces allemandes, c'est seulement une matière facultative à l'école primaire, avec toutefois des inscriptions beaucoup plus nombreuses en Frise septentrionale qu'en Frise orientale. Les inscriptions augmentent en Frise (occidentale) et en Frise septentrionale, alors qu'elles diminuent en Frise orientale. Même au niveau universitaire, les Pays-Bas accordent une beaucoup plus grande attention au frison que l'Allemagne. Aux Pays-Bas, près d'une centaine de publications en frison paraissent chaque année, contre quelques-unes seulement en Allemagne (4:1 Frise septentrionale - orientale). Il y a beaucoup de publications en frison occidental exclusivement, très peu en frison septentrional et oriental, sans compter les dictionnaires. En Frise néerlandaise, une station de radio émet en frison exclusivement, contre deux minutes d'information en frison par semaine en Allemagne.

L'organisation institutionnelle est plus forte chez les Frisons occidentaux, qui possèdent leur propre académie, un Conseil frison, ainsi qu'un important institut à Groningue, et qui organisent un Congrès frison international tous les trois ans. Les Frisons septentrionaux ont au moins un (petit) institut à Bredstedt, les Frisons orientaux n'ont que des clubs locaux.

La reconnaissance et l'encouragement administratifs et légaux officiels sont faibles dans les trois cas. Mais il y a également d'importantes différences. Le gouvernement néerlandais a autorisé l'usage du frison dans les tribunaux, le gouvernement provincial de Frise a autorisé l'orthographe, et certaines municipalités ont élaboré des politiques officielles en faveur du frison. Pour le frison septentrional, il y a au moins un conseiller spécial au niveau ministériel du Land, tandis que le frison oriental est seulement reconnu (au même titre que le bas allemand) comme langue minoritaire par le gouvernement du Land, sans dispositions plus spécifiques.

Alors que l'usage et la préservation du frison occidental s'avèrent stables, sinon en augmentation, le frison septentrional semble connaître un lent déclin, et le frison oriental un déclin plus rapide encore.

[Retour au sommaire]

©Euromosaic