L'occitan en Espagne
xx-xx-xxxx
http://www.uoc.es/euromosaic/web/document/occita/fr/i1/i1.html
Institut de Sociolingüística Catalana
English version
L'occitan en Espagne
  1. Introduction à la langue
  2. La langue dans le pays où elle est parlée
    1. Données générales sur la communauté linguistique
    2. Description géographique, démographique et linguistique
    3. Histoire générale de la région et de la langue
    4. Statut juridique et politique officielle
  3. Présence et usage de la langue par domaines
    1. Enseignement
    2. Autorités judiciaires
    3. Autorités et services publics
    4. Masse média et technologies de l'information
    5. Production et industries culturelles
    6. Le monde des affaires
    7. Usage familial et social de la langue
    8. Echanges transfrontaliers
  4. Conclusion


1. Introduction à la langue

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2. La langue dans le pays où elle est parlée

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2.1. Données générales sur la Communauté linguistique

Cette rubrique ne contient pas de données pour cette langue.

[Retour au sommaire]


2.2. Description géographique, démographique et linguistique

Le Val d'Aran est une petite enclave occitanophone de 620 km carrés en territoire espagnol sur le versant nord des Pyrénées, dans la région de la Catalogne. L'occitan parlé au Val d'Aran est une variante du gascon (avec certaines différences par rapport au gascon parlé au nord des Pyrénées, attribuables pour la plupart au contact avec le castillan et le catalan).

Le Val d'Aran est recouvert en grande partie de forêts, avec quelques pâturages et champs. Il se trouve plus près de Toulouse que de Barcelone, la voie naturelle d'entrée et de sortie se trouvant du côté français, alors qu'au sud les montagnes constituent une barrière naturelle plus difficile à franchir. Avant l'ouverture en 1948 du Tunnel de Vielha (la route ne fut goudronnée qu'en 1964), la vallée n'était accessible à partir de l'Espagne qu'en été.

Entre 1940 et 1960 la construction du tunnel et de divers barrages ouvrit une période d'expansion démographique marquée d'un rajeunissement de la population et d'une hausse de la natalité. Le développement du tourisme déclencha, à partir de 1970, une nouvelle croissance démographique dont les effets se firent surtout sentir dans les villes principales et dans les villages proches des stations de sports d'hiver. Actuellement la pyramide des âges est plus équilibrée que dans d'autres régions des Pyrénées, sauf dans certains hameaux qui semblent voués à disparaître. La population actuelle (1991) est de 6.184 habitants. La capitale, Vielha, en compte 3.109.

Presque toute l'histoire récente du Val d'Aran a été marquée par l'émigration, temporaire ou permanente, principalement vers les villes du sud-ouest de la France et de la Catalogne. A partir des années 1950 toutes les vallées pyrénéennes connurent un exode rural qui eut comme conséquence le vieillissement de la population et l'abandon des petits hameaux. Depuis 1970 la tendance s'est renversée, la création de nouveaux emplois dans le secteur du tourisme ayant attiré de nombreux immigrés, principalement castillanophones.

La principale activité économique est actuellement le tourisme (sports d'hiver mais également vacances d'été). Le secteur primaire ne représentait plus en 1986 que 5% de la population active, tandis que 67% travaillait dans le secteur tertiaire et ceux qui exercaient différentes activités selon les saisons étaient de plus en plus nombreux. Le niveau de vie du Val d'Aran est supérieur à la moyenne espagnole, L'épargne et les revenus par habitant étant relativement élevés et le taux de chômage plutôt bas. Les revenus moyens des locuteurs d'aranais seraient légèrement supérieur à ceux des non locuteurs.

Trois langues sont parlées dans la vallée: l'occitan (généralement connu sous le nom d'aranais), le castillan et le catalan. La connaissance du français est également élevée. Selon le recensement de 1991, 5.552 personnes (92,3% de la population âgée de plus de 2 ans) comprennent l'aranais et 3.661 (60,9%) savent le parler. Les taux de connaissance de la langue écrite sont plus bas: 51,0% savent lire l'aranais mais seulement 18,6% savent l'écrire. C'est dans les deux villes principales que se retrouvent les niveaux de connaissance les moins élevés de la langue parlée, mais la familiarité avec la langue écrite y est plus répandue. La connaissance du castillan est presque universelle. 96,4% des Aranais comprennent également le catalan et 73,3% savent le parler. Quant à l'usage, une enquête réalisée en 1984 indiquait qu'autour de 60% des Aranais s'exprimaient toujours ou habituellement en aranais, alors qu'un peu plus de 10% le parlaient comme deuxième langue. La présence d'un nombre important d'immigrés de langue castillane, ajoutée au contact permanent avec les touristes, a renforcé le rôle du castillan en tant que linguafranca.

[Retour au sommaire]


2.3. Histoire générale de la région et de la langue

Le Val d'Aran fut incorporé au comté occitan de Comminges à la fin de l'occupation musulmane et changea plusieurs fois d'allégeance avant d'être rattaché, en 1220, au royaume de Catalogne et Aragon. Ses habitants conservèrent la propriété communale des terres, des forêts et des eaux, n'étant soumis, à la différence des vallées voisines, à aucun régime féodal. L'on conserve encore des documents rédigés en gascon aranais qui remontent au XIIIe siècle. Par un privilège accordé en 1313, le roi Jacques II de Catalogne et Aragon reconnaissait les usages et coutumes de la vallée, y compris ses institutions de gouvernement (Conselh Generau et Sindic). Ces institutions, contrairement à celles de la Catalogne, survécurent aux mesures centralisatrices imposées par la monarchie bourbonne (1714) et le Conselh Generau ne fut aboli que lorsque le Val d'Aran fut incorporé à la province de Lleida en 1834. Le premier statut d'autonomie de la Catalogne moderne (1932) ne prévoyait aucun régime spécial pour le Val d'Aran, malgré les revendications des Aranais. Sous la dictature franquiste, le Val d'Aran, comme toute l'Espagne, fut soumis au centralisme monolingue. Suite au retour de la démocratie, le nouveau statut d'autonomie de la Catalogne (1979) garantissait l'enseignement, le respect et la protection de l'aranais et prévoyait le rétablissement du Conselh Generau, ce qui fut finalement accompli en 1990 lorsque le parlement catalan adopta la Loi du régime spécial du Val d'Aran.

Les principaux événements qui ont marqué la situation de l'aranais au cours des années récentes sont l'élaboration et la promulgation des normes orthographiques, l'introduction de l'aranais à récole, la création du Centre de normalisation linguistique et l'adoption de la Loi du régime spécial du Val d'Aran qui accorde à l'aranais le statut de langue officielle dans la vallée.

[Retour au sommaire]


2.4. Statut juridique et politique officielle

Le Val d'Aran est l'une des 41 comarques (districts) qui constituent la Catalogne, communauté autonome au sein de l'Espagne depuis 1979. Par rapport aux autres comarques il possède un statut spécial en vertu de diverses dispositions légales adoptées par l'administration catalane, notamment la Loi du régime spécial du Val d'Aran.

Depuis 1990 l'aranais est langue officielle dans le Val d'Aran, statut qu'il partage avec le catalan, qui est officiel partout en Catalogne, et avec l'espagnol, langue officielle de l'Etat. Le Statut d'Autonomie de la Catalogne (1979) prévoyait la restitution des institutions politiques aranaises. La Loi de Normalisation Linguistique de la Catalogne (1983) reconnaissait l'usage public de l'aranais dans la vallée, mais n'en faisait pas non plus une langue officielle, bien que le gouvernement catalan s'engageât à prendre les mesures nécessaires pour en garantir la normalisation. Entre 1983 et 1990 le gouvernement catalan prit effectivement une série de mesures en ce sens: publication des normes orthographiques et reconnaissance de l'appartenance de l'aranais à la famille linguistique occitane; application de ces normes dans l'enseignement de l'aranais, droit des Aranais d'employer leur langue dans les rapports avec l'administration catalane; etc. Néanmoins, ce n'est qu'en 1990 que fut adoptée la Loi du régime spécial du Val d'Aran qui accordait à l'aranais un statut officiel dans la vallée. D'autres dispositions importantes de cette Loi sont les suivantes: reconnaissance des liens qui unissent le Val d'Aran aux autres régions de langue occitane, rétablissement des institutions politiques abolies en 1834; introduction de l'aranais dans l'enseignement, dans l'administration régionale et les médias qui en dépendent; promotion et développement de la culture aranaise.

[Retour au sommaire]


3. Présence et usage de la langue par domaine

3.1. Enseignement

Depuis l'adoption du Statut d'Autonomie de la Catalogne, l'éducation relève du gouvernement catalan qui a délégué certains de ses pouvoirs aux autorités de la vallée d'accord avec la Loi du régime spécial du Val d'Aran (1990). Les mesures de soutien adoptées par le gouvernement catalan comprennent notamment l'introduction de l'aranais comme matière et comme langue d'enseignement, la mise au point de manuels et d'autres moyens d'enseignement, et le recyclage des professeurs. Ceci a entraîné que des progrès considérables ont été accomplis, vu que la présence de l'aranais dans les écoles a beaucoup augmenté au cours des dix dernières années. Des manuels scolaires en aranais ont été publiés (généralement par, ou en collaboration avec, le Ministère catalan de l'éducation): une méthode d'aranais en trois volumes destinée aux trois cycles de la scolarité obligatoire (6-14 ans), des manuels de sciences sociales, des livres de lectures, des bandes dessinées, et des recueils de contes, etc.

Dans le pré-scolaire, l'aranais est la principale langue d'instruction dans certaines écoles maternelles. Environ 60% des élèves reçoivent la majeure partie de l'enseignement en aranais. Ces élèves peuvent désormais poursuivre leurs études primaires en aranais, avec des contenus spécialement adaptés, jusqu'à l'âge de 8-9 ans. Tous les autres élèves reçoivent des cours d'aranais.

Dans le primaire et le premier cycle du secondaire, l'enseignement de l'aranais est obligatoire dans tous les établissements et tous les élèves reçoivent une partie de l'enseignement en aranais. L'aranais est la principale langue d'enseignement jusqu'à l'âge de 9 ans. Les élèves âgés de 10 ans et plus suivent des cours d'aranais à raison de deux heures par semaine et étudient certaines matières, dont les sciences sociales, en aranais.

Dans le dernier cycle du secondaire et la formation technique, bien que les élèves suivent de manière obligatoire des cours d'aranais, l'introduction de cette langue comme moyen d'enseignement est moins avancée qu'aux échelons inférieurs. L'aranais n'est utilisé comme principale langue d'enseignement dans aucun établissement.

Quant à l'enseignement supérieur, il n'y a pas d'établissements de ce niveau dans le Val d'Aran.

Finalement, et en ce qui concerne la formation des enseignants, moins de 40% des enseignants étaient originaires du Val d'Aran et seulement 20% d'entre eux savaient lire et écrire l'occitan (1984). En 1990, à la suite des mesures de recyclage, 80% du corps enseignant était officiellement qualifié pour enseigner l'aranais.

[Retour au sommaire]


3.2. Autorités judiciaires

Il semble que l'aranais n'est pas utilisé dans le système judiciaire et qu'aucun service de traduction n'a été mis en place.

[Retour au sommaire]


3.3. Autorités et services publics

Il semble également que l'administration de l'Etat ne ferait aucun usage de l'aranais, sauf éventuellement dans les communications orales. Elle se limite à tolérer l'usage, sans plus. Quant au gouvernement catalan, il reconnait l'existence de l'aranais, en appuie l'usage et s'en sert de manière relativement étendue, aussi bien oralement que par écrit. Il a également pris des mesures favorisant la connaissance de raranais parmi les fonctionnaires régionaux affectés au Val d'Aran.

En ce qui concerne les pouvoirs locaux, la majorité des communications à l'intérieur de la vallée, ainsi que les débats au sein de conseils municipaux, se dérouleraient en aranais, avec de variations, toutefois, d'une municipalité à l'autre.

La situation des langues dans les services au public est complexe. On y relève de nombreuses combinaisons différentes dans lesquelles l'aranais est utilisé conjointement avec l'espagnol ou avec le catalan. Dans les services qui relèvent directement de l'administration de l'Etat, l'aranais est presque absent.

Les noms des lieux officiels, en graphie occitane normativisée, furent publiés par le gouvernement catalan en 1984 et figurent sur la plupart des panneaux routiers. La signalisation dans les villes et villages est également en aranais, mais l'emploi de l'espagnol est très fréquent sur les enseignes commerciales. Les noms et prénoms aranais sont également permis.

[Retour au sommaire]


3.4. Mass médias et technologies de l'information

Selon la Loi du régime spécial du Val d'Aran, le gouvernement catalan est tenu de garantir l'usage de l'aranais dans les média relevant de son autorité. Les moyens de communication en aranais recevraient également une aide officielle en vertu des statuts du réseau de postes de radio et de télévision qui dépendent du gouvernement catalan.

En ce qui concerne la presse quotidienne, il n'y a pas de journaux totalement ou partiellement en aranais. Quant aux publications périodiques en aranais, actuellement aucune revue entièrement en aranais n'est publiée (bien que dans le passé il existait la revue bimensuelle Toti, de distribution gratuite). La revue Aran, dont 40% des contenus sont en aranais, est tirée à 3.000 exemplaires et distribuée gratuitement.

Dans le monde de la radio, la station Catalunya Ràdio, qui fait partie du réseau du gouvernement catalan, diffuse en aranais à raison de 7 heures par semaine, alors que Ràdio Municipal Lès émet des programmes en aranais pendant neuf heures par semaine. Les auditeurs aranais captent également une large gamme de programmes en catalan, en espagnol et en français émis par les chaînes publiques et commerciales.

Quant à la télévision, une des chaînes du gouvernement catalan, TV3, émet un programme hebdomadaire en aranais d'une durée de 15-20 minutes. Les deux chaînes de Televisión Española émettent principalement en espagnol, à l'exception de quelques émissions en catalan. Les trois chaînes commerciales espagnoles n'emploient que l'espagnol. Moyennant un dispositif d'adaptation au système SECAM, les téléspectateurs aranais peuvent également capter diverses chaînes françaises.

Finalement, dans le secteur informatique, le seul logiciel en aranais est le programme VORA ("vérificateur orthographique de l'aranais") mis au point par le Programme d'informatique Educative du Ministère catalan de l'éducation. Ce même service distribue aux écoles le dictionnaire quadrilingue catalan-espagnol-français-aranais sur plateforme CD-ROM.

[Retour au sommaire]


3.5. Production et industries culturelles

Entre 2 et 9 livres par an ont été publiés en aranais au cours des années récentes. Il s'agit pour la plupart de manuels scolaires, de livres pour enfants, de recueils de contes et de romans. Des concours littéraires sont organisés depuis 1990 par le Centre de Normalition Linguistique du Val d'Aran.

Quelques groupes interprètent de la musique traditionnelle en aranais et l'un d'entre eux a a fait un enregistrement. L'aranais est peu utilisé dans le domaine de la musique pop et rock.

Aucune troupe professionnelle ne fait du théâtre en aranais, bien que certaines pièces sont présentées par des groupes d'amateurs et d'enfants. Sauf quelques rares productions en catalan, tous les films à l'affiche des salles de cinéma sont en espagnol.

Le nombre de fêtes patronales et autres festivals célébrés dans la vallée est encore assez élevé et quelques fêtes, qui avaient été abandonnées sous le régime franquiste, ont été récupérées. L'aranais est utilisé de manière étendue dans ces manifestations, dont certaines attireraient de nombreux assistants de la Gascogne française. Les bibliothèques d'une importante caisse d'épargne catalane possèdent une collection assez importante de publications sur la vallée.

[Retour au sommaire]


3.6. Le monde des affaires

La connaissance de l'aranais serait un avantage pour accéder à certains postes de fonctionnaire et pour tous les emplois comportant des contacts avec le public. Bien que la publicité en aranais ait augmenté au cours des années récentes, l'emploi de cette langue se limite principalement à la publicité institutionnelle et à certaines campagnes spéciales. Il n'y a pas de publicité en aranais à la télévision. Un nombre très restreint de produits du terroir portent des étiquettes en aranais, mais l'aranais n'est pas utilisé dans les modes d'emploi. L'espagnol est la langue dominante dans le secteur commercial, surtout dans les zones touristiques.

[Retour au sommaire]


3.7. Usage familial et social de la langue

Presque tous les parents locuteurs continueraient de parler en aranais à leur enfants. Des enquêtes récentes indiquent, toutefois, qu'une proportion importante des jeunes générations actuelles provient de familles où au moins l'un des parents est castillanophone. Dans les familles où les deux parents sont d'expression espagnole, cette langue se transmet aisément aux enfants, alors que dans les familles mixtes l'aranais perd du terrain. Ces mêmes études révélent la prédominance de l'espagnol dans le milieu scolaire, aussi bien en classe qu'en dehors. Moins d'un élève sur quatre parle en aranais avec ses camarades de classe.

Si le fait de s'exprimer en aranais ne semble pas avoir de connotations sociales importantes, il n'en demeure pas moins que l'usage de cette langue est relié à certains secteurs plus traditionnels (agriculteurs et retraités) tandis que l'emploi habituel de respagnol est plus répandu dans les secteurs où travaillent la majorité des non autochtones (construction, administration, hôtellerie et tourisme), de même que parmi les étudiants.

Les données d'une enquête menée en 1984 révélaient des attitudes généralement positives envers la connaissance de l'aranais et son usage dans la vie sociale et dans les média. En ce qui concerne l'emploi de l'aranais dans le système scolaire, les avis étaient plus mitigés, l'apprentissage de cette langue (de même que celui du catalan) étant perçu comme "complémentaire" alors que celui de l'espagnol est considéré "fondamental".

Les données de ce même sondage indiquaient que l'usage de l'aranais était beaucoup plus fréquent parmi les personnes âgées que parmi ceux qui avaient moins de 40 ans. En revanche l'impact de la présence de l'aranais à l'école était déjà décelable dans les taux relativement élevés d'utilisation systématique de l'aranais relevés parmi les enfants de moins de 10 ans par rapport aux adolescents, dont près de 40% s'exprimaient habituellement en espagnol. Les enfants d'origine non autochtone se serviraient rarement de l'aranais, mais grâce à l'enseignement de l'aranais à l'école, avant la fin de leur scolarité tous sont capables de le parler.

[Retour au sommaire]


3.8. Echanges transfrontaliers

Il existe certains échanges avec les écoles de la Gascogne française.

[Retour au sommaire]


4. Conclusion

Grâce au tourisme, le Val d'Aran se trouve dans une situation démographique et économique relativement privilégiée par rapport à d'autres zones de haute montagne. Cependant, ces mêmes facteurs de développement et de rajeunissement ont exposé l'aranais au contact constant avec d'autres langues plus répandues, notamment l'espagnol de telle manière que son maintien s'avère difficile dans une société de moins en moins rurale. La faiblesse numérique de la communauté linguistique, la méconnaissance de la langue écrite, ainsi que la présence d'une troisième langue, le catalan, qui cherche également à consolider ses positions face à l'espagnol, ajoutent des complications supplémentaires. Néanmoins, les mesures prises par le gouvernement catalan, notamment dans le domaine de l'enseignement, de même que l'accession récente du Val d'Aran à un certain degré d'autonomie politique (qui a comporté pour l'aranais le statut de langue officielle), le mettent dans une position tout à fait enviable en comparaison avec d'autres régions d'expression occitane.

[Retour au sommaire]

©Euromosaic