Le Basque en Espagne
xx-xx-xxxx
http://www.uoc.es/euromosaic/web/document/basc/fr/i1/i1.html
Institut de Sociolingüística Catalana
English version
Le Basque en Espagne
  1. Introduction à la langue
  2. La langue dans le pays où elle est parlée
    1. Données générales sur la communauté linguistique
    2. Description géographique, démographique et linguistique
    3. Histoire générale de la région et du basque
    4. Statut juridique et politique officielle
  3. Présence et usage de la langue par domaines
    1. Enseignement
    2. Autorités judiciaires
    3. Autorités et services publics
    4. Masse média et technologies de l'information
    5. Production et industries culturelles
    6. Le monde des affaires
    7. Usage familial et social de la langue
    8. Echanges transfrontaliers
  4. Conclusion


1. Introduction à la langue

voir: Introduction générale à la langue basque

[Retour au sommaire]


2. La langue dans le pays où elle est parlée

2.1. Données générales sur la Communauté linguistique

2.2. Description géographique, démographique et linguistique

En Espagne, la langue basque (euskera) est parlée en Navarre et dans la Communauté Autonome Basque (ci-après CAV, d'après les sigles de Comunidad Autónoma Vasca). Divisée en trois provinces (Araba, Bizkaia et Gipuzkoa), la CAV a une population totale de 2.068.927 habitants (1991). Les nombreux mouvements de population que la région a connu au cours de l'histoire ont exercé une grande influence tant sur les différents niveaux de développement économique que sur la situation sociolinguistique. Par exemple, au cours des années 60 et 70 la province de Gipuzkoa et, en moindre mesure, celle de Bizkaia connurent un grand essor industriel qui produisit une forte croissance de la démographie. Cependant, les années 80 marquèrent la fin de la puissance industrielle et de la prospérité de la région et changèrent la donne: il s'ensuivit une diminution importante du taux de natalité, une augmentation importante du taux de chômage, une chute des investissements privés et une inversion du phénomène migratoire. L'origine culturelle de la population reflète assez bien la situation que nous venons de décrire. A Bizkaia (centre de l'industrie lourde) et à Araba (où se trouve Vitoria, la capitale administrative et politique de la CAV), le nombre de citoyens basques de nouvelle souche (les immigrants récents et leurs enfants) atteint 55%, tandis qu'à Gipuzkoa, le pourcentage est sensiblement inférieur (40%). La population de la CAV est essentiellement urbaine. La moitié des habitants se concentre sur sept communes de plus de 50.000 habitants.

Sur le plan sociolinguistique, la CAV se divise en quatre grandes zones d'accord avec le pourcentage d'habitants qui parlent le basque (euskalduns):

a) la zone qui comprend les localités où plus de 80% de la population parle basque (4% de la population)

b) les localités où une partie significative de la population (de 45 a 79%) parle basque (20%);

c) en troisième lieu, les localités où le pourcentage de locuteurs basques se situe entre 20 et44% (20%);

d) finalement, la zone où le pourcentage de locuteurs basques est inférieur à 20% (56%).

Cette distribution de la population en quatre grandes aires sociolinguistiques a une grande influence sur l'usage du basque puisqu'il est nécessaire d'atteindre un niveau-seuil avant de pouvoir le parler, étant donné la grande distance interlinguistique existant entre l'espagnol et le basque.

L'espagnol est la langue maternelle de 74% de la population de la CAV. Il est cependant important de noter que de plus en plus de personnes commencent à avoir deux langues principales -le basque et l'espagnol- vu que parmi les plus jeunes le pourcentage d'euskalduns a considérablement augmenté depuis l'introduction du basque dans le système scolaire.

Évolution des compétences linguistiques (1981-1991)

1981 1986 1991
Euskalduns 22 25 26
Presque euskalduns 15 17 20
Erdalduns 64 58 54

Note: Etant donné le contexte spécifique de la CAV, "presque euskalduns" signifie qu'il s'agit de personnes qui ont une compétence passive du basque, tandis que "erdaldun" est le nom qui désigne les personnes qui ne parlent pas le basque et n'en ont même pas une compétence passive.

Quant à l'usage quotidien du basque, les données fournies par le recensement de 1991 sont les suivantes:

Usage des langues Total
Surtout en basque 13.88
Basque et espagnol 8.10
Surtout en espagnol 77.51
Autres 0.51

Par domaines, c'est au sein de la famille que le basque est le plus employé, tandis que plus un locuteur s'éloigne du cercle familial, moins il utilise le basque, exception faite de certains contextes formels (relations avec l'administration, par exemple).

[Retour au sommaire]


2.3. Histoire générale de la région et du basque

Voir introduction générale à la langue basque

[Retour au sommaire]


2.4. Statut juridique et politique officielle

Le cadre légal de la langue basque est défini par la Constitution espagnole de 1978 et par le Statut d'Autonomie de la CAV de 1979. Celui-ci établit que le basque est la langue officielle de la communauté autonome, aux côtés de l'espagnol, langue officielle de l'Etat.

La Loi 10/1982, de Normalisation et Usage de l'Euskera établit que tous les citoyens de la CAV ont le droit de connaître et utiliser les deux langues officielles, tant oralement que par écrit. Les droits linguistiques fondamentaux décrits par cette Loi sont les suivants: a) droit à s'adresser et à être reçu en basque ou en espagnol, oralement et par écrit, par l'administration et par tout organisme ayant siège à la CAV, b) droit à l'enseignement dans les deux langues officielles; c) droit à recevoir en basque toute sorte de publications périodiques, programmes de radio et télévision, et des autres mass-médias-, d) droit à développer les activités professionnelles, politiques et syndicales en basque; et e) droit à s'exprimer en basque dans toute réunion. Cette Loi a permis, entre autres, la mise en place d'une série de normes d'organisation fondamentales en matière de politique linguistique: la Secretaria General de Política lingüística (Secrétariat Général de la Politique Linguistique), le Consejo Asesor del Euskera (Conseil de Consultation de la langue basque), L'Instituto Vasco de Administración Pública (Institut Basque de la Fonction Publique) et l'Instituto Vasco de Alfabetización y Reeuskaldunización de Adultos y de Regulación de Euskaltegis (organisme responsable de l'enseignement du basque aux adultes).

En ce qui concerne la politique officielle du gouvernement de l'Etat, l'espagnol est la langue prédominante dans ses relations avec les citoyens, bien que petit à petit, les services publics de l'Etat (par exemple la société des chemins de fer et les PTT) commencent à introduire l'usage du basque dans l'affichage et à organiser des cours de basque pour fonctionnaires.

Les principaux facteurs qui ont contribué à la lente récupération de la langue basque sont, outre la création des différents organismes consacrés spécifiquement à la politique linguistique, l'introduction du basque dans le système scolaire (1983), la mise en place cette même année de la Radio-Télévision Basque (EITB), l'accord pour le financement Euskaltzaindia (Académie de la Langue Basque) en 1989, les nouvelles dispositions en matière d'enseignement du basque aux adultes (1981) et le plan de normalisation de l'usage du basque dans les différentes administrations publiques (1989).

Finalement, il est important de souligner le rôle joué par les différentes associations non-gouvernementales dans le processus de promotion de la langue basque grâce à leur forte implantation dans la société.

[Retour au sommaire]


3. Présence et usage du basque par domaine

3.1. Enseignement

L'enseignement du basque est réglé par la Loi 10/1982 citée ci-avant et par le Décret 138/1983 qui établit les différents modèles linguistiques du système scolaire: A, B et D pour l'enseignement maternel et primaire; A et D pour le secondaire et la formation technique. La Loi 1/1993 sur renseignement public basque redéfinit ces modèles éducatifs de la manière suivante:

Le profil linguistique des postes de professeur dans les centres scolaires publics de la CAV est fixé par la Loi 2/1993, du Corps Professoral de l'Enseignement Non-Universitaire, comme suit: le profil linguistique 1 exige la pleine maîtrise du basque comme langue de relation, tandis que le profil linguistique 2 exige en plus la maîtrise du basque comme langue véhiculaire de l'enseignement.

Finalement, la connaissance de l'histoire et de la culture du Pays Basque et des autres régions de l'Espagne fait l'objet d'un soin particulier en tant qu'élément fondamental pour la compréhension de la pluralité linguistique et culturelle.

Pour ce qui est de l'inspection du système éducatif, celle-ci est garantie non seulement par le Ministère de l'Education de la CAV, mais aussi par la SGPL qui comparaît régulièrement devant le Parlement afin de débattre la mise en place de certaines actions de politique linguistique ayant trait à l'enseignement.

Dans l'enseignement préscolaire, les modèles B et D ont commencé à être mis en place à partir de 1983 (jusqu'alors seules les écoles privées -Ikastolas- utilisaient le basque). Actuellement, le modèle D -où le basque est la seule langue à être utilisée- est suivi par 41% des élèves de préscolaire. Le modèle B -bilingue espagnol/basque- est suivi par 32% des élèves, alors que le modèle A est suivi par 26%.

La situation dans l'enseignement primaire -où le modèle B est en hausse constante depuis quelque temps et le modèle A est en déclin- est la suivante: 28% des élèves suit le modèle D (contre 13% en 1983), 28% suit le modèle B (7% en 1983) et, finalement, 44% suit le modèle A (contre 80% en 1983).

Dans l'enseignement secondaire, la présence du basque est moindre dans les cycles inférieurs bien qu'elle soit plus importante que de par le passé. Le basque est enseigné comme matière obligatoire dans tous les centres scolaires. A ce niveau, près de 80% des élèves (95% en 1983) suit le modèle A ou est dispensé de suivre des cours de basque (ce dernier cas est presque insignifiant), tandis que 18% suit le modèle D (3% en 1983).

En ce qui concerne renseignement supérieur, le basque est enseigné dans les écoles supérieures de formation du professorat et est la langue véhiculaire de certaines facultés. Par exemple, au sein de l'Université du Pays Basque (Euskal Herriko Unibertsitatea), 39% des cours obligatoires sont donnés en basque. Cela signifie qu'en 1993-94, 5.154 étudiants universitaires ont étudié en basque. En outre, les élèves peuvent présenter, s'ils le désirent, les examens, les travaux et thèses en basque.

[Retour au sommaire]


3.2. Autorités judiciaires

La Loi de Normalisation de l'Usage de l'Euskera (1982) établit a) que les citoyens peuvent utiliser la langue officielle de leur choix dans leurs relations avec l'Administration de Justice, sans qu'aucune traduction ne leur soit exigée; b) que les documents présentés en basque, ainsi que les actions judiciaires, seront valables à tous les effets; c) que le gouvernement basque à pleine compétence quant à la promotion de la normalisation de l'usage du basque dans l'Administration de Justice de la CAV.

Quant à l'usage réel du basque dans les tribunaux, celui-ci est minime (seulement dans certaines comparutions de témoins et quelques rares procès), étant donné que la majorité des juges, procureurs et autres membres du personnel judiciaire ne le maîtrisent pas et que nombre de ces professionnels considère que la traduction des procédures entraîne un retard considérable.

[Retour au sommaire]


3.3. Autorités et services publics

Les citoyens ont le droit juridique d'utiliser oralement ou par écrit le basque dans leurs relations avec l'administration ou tout autre organisme officiel ayant siège à la CAV. Bien que dans le cas de l'administration de l'Etat à la CAV l'usage du basque soit très réduit (étant donné le manque de personnel maîtrisant le basque et d'imprimés bilingues), il nous faut souligner l'effort entrepris pour garantir le bilinguisme dans les documents et affiches de la société des chemins de fer et les PTT. En outre, les cours de basque adressés aux fonctionnaires de l'Administration de l'Etat commencent à faire leur effet et, bien que son usage en tant que langue de travail soit encore très réduit, en revanche, il augmente dans les relations avec les citoyens.

[Retour au sommaire]


3.4. Mass médias et technologies de l'information

Jusqu'en 1986 les journaux édités à la CAV étaient tous monolingues en espagnol. Cette même année, parurent deux journaux bilingues -Deia (106.000 exemplaires en 1993) et Egin (103.000 exemplaires)- bien que la présence du basque y soit actuellement inférieure à 25%. Les journaux en espagnol de la CAV incluent tous régulièrement des suppléments en basque. En 1990 se produisit une importante nouveauté avec l'apparition de Euskaldunon Egunkaria, journal entièrement rédigé en basque ayant une diffusion sur tous les territoires de langue basque (CAV, Navarre et Iparralde), bien que son quota de marché soit aujourd'hui encore très restreint (17.000 exemplaires, soit 0,9% du total).

Il existe trois revues entièrement en basque: Argia, hebdomadaire d'information générale (10.000 exemplaires); Jakin, bi-mensuel d'information culturelle (3.500 exemplaires); et Aizu, mensuel consacré à l'enseignement du basque (400 exemplaires).

La presse locale en basque (une trentaine de revues de littérature, religion, sciences, etc.) est certainement plus développée dans la mesure où elle compte sur quelque 250.000 lecteurs. Etant donné qu'il s'agit de revues gratuites, leur financement provient de la publicité et des subventions des différentes institutions publiques basques.

En ce qui concerne la radio, la majorité des stations émet seulement en espagnol bien que suite à la création de nombreuses stations de radio locales la présence du basque ait augmenté considérablement au cours de ces dernières années. La seule radio publique qui émet exclusivement en basque et couvre tout le territoire de la CAV est Euskadi Irratia (avec une audience moyenne de 84.000 personnes). Deux radios privées émettent également exclusivement en basque.

Finalement, le changement le plus important quant à la présence du basque dans les médias a été sans aucun doute la création de Euskal Telebista, dont la première chaîne émet intégralement en basque et a une audience de 207. 000 téléspectateurs (soit 11 % du quota de marché). En revanche, la filière basque de la télévision de l'Etat et les chaînes privées n'utilisent pratiquement jamais le basque.

[Retour au sommaire]


3.5. Production et industries culturelles

En 1991 furent publiés 966 livres en basque, dont 31% consistait en littérature pour jeunes, 29% en livres techniques et 27% en livres scolaires.

Le développement du basque dans la musique traditionnelle et moderne a été très important au cours de ces dernières années. Il en va de même pour le théâtre où il existe 16 troupes de comédiens qui jouent entièrement en basque et 23 troupes bilingues.

L'industrie cinématographique de la CAV se développe presque exclusivement en espagnol, bien que ces dernières années ont été tournés six films bilingues et quatre films en basque. Tous les films qui reçoivent une subvention du gouvernement basque sont obligés de réaliser une copie doublée en basque qui d'ordinaire n'a pas d'usage commercial si ce n'est son exhibition sur la première chaîne d'ETB (il était prévu qu'en 1994 ETB émette entre 2.500 et 3.000 heures de films en basque). De plus, le gouvernement basque soutien une série de vidéos en version basque pour sa distribution commerciale dans l'offre de vidéos domestiques.

Dans le domaine des festivals et autres événements culturels, il existe une forte présence de la langue basque suite à l'intense activité déployée par les nombreuses associations existantes, qui reçoivent le soutien du gouvernement régional et des pouvoirs locaux. Nombre de ces activités ont pour objectif la promotion de la connaissance et de l'usage du basque.

Le gouvernement basque a développé une intense activité de promotion de la culture basque au moyen de différents organismes (notamment la DG de Création et Diffusion Culturelle, la DG du Patrimoine Culturel, la DG de Promotion du Basque) qui ont mis en place de nombreux mécanismes de soutien à l'usage du basque: concessions de subventions pour le développement de programmes et activités culturelles, foires sectorielles, prix de littérature basque, aides au théâtre, à la musique, au cinéma, etc.

Finalement, il faut souligner la mise en place de programmes de recherche en matière de terminologie à travers le Service officiel de traduction et terminologie de Institut Basque de la Fonction Publique et l'Institut UZEI. Celui-ci participe aux différents programmes de l'Académie de la Langue Basque (Euskaltzaindia) et a créé une base de données terminologiques -EUSKALTERM- en basque, espagnol français et anglais.

[Retour au sommaire]


3.6. Le monde des affaires

Hors de l'administration publique, la maîtrise du basque n'est pas une condition sine quanon pour pouvoir accéder à un emploi, hormis quelques postes exigeant une relation directe avec le public, surtout dans le secteur tertiaire. En revanche, la maîtrise du basque constitue un mérite important dans le processus de sélections des candidats à de nombreux emplois.

Suite à de nombreuses campagnes populaires exigeant une meilleure promotion de l'usage du basque dans le secteur socio-économique, la SGPL a mis en place de nombreux programmes-pilote d'intervention dans les secteurs primaire, secondaire et tertiaire, outre l'établissement d'accords avec les pouvoirs locaux et les entreprises et commerces afin d'étendre l'usage du basque dans leurs activités, tant externes qu'internes.

[Retour au sommaire]


3.7. Usage familial et social du basque

D'après une enquête sociolinguistique réalisée à la CAV en 1991, 67% des locuteurs de basque emploient le plus souvent cette langue pour s'adresser à leurs enfants, 13% utilisent l'espagnol et le basque à parts égales, et 20% emploient plus l'espagnol que le basque. Dans ce sens, et malgré qu'il soit impossible d'avoir des données fiables de la situation dans le passé, il semble que les attitudes aient changé vu que l'usage du basque ne se limite plus au domaine familial et que les locuteurs basques ont de plus en plus tendance à utiliser le basque dans d'autres domaines. Il faut aussi signaler que le pourcentage de couples endogames est très élevé, tant parmi les euskalduns (74%) que parmi les erdalduns (92%).

32% des personnes âgées de plus de 70 ans ont le basque comme langue maternelle, pourcentage qui diminue de manière graduelle jusqu'à 16,5% parmi les personnes nées entre 1972 et 1976. Les personnes nées après cette date montrent un pourcentage qui monte à 19% pour les personnes âgées entre 2 et 4 ans.

En ce qui concerne les attitudes de la population quant à révolution de la situation de la langue basque, 83% considère que de nos jours l'usage du basque est plus répandu qu'il y a une dizaine d'années, et 85% considère que cet usage augmentera encore plus dans un futur proche.

Finalement, en ce qui concerne les jeunes, le nombre de bilingues fonctionnels ne cesse d'augmenter au détriment des euskalduns et erdalduns monolingues. Cependant, ces nouveaux bilingues s'expriment plus facilement en espagnol qu'en basque vu qu'il s'agit de personnes qui s'incorporent au basque à partir de l'espagnol.

[Retour au sommaire]


3.8. Echanges transfrontaliers

Au cours de ces dernières années, il y a eu de nombreux échanges dans le domaine de la formation et le recyclage de professeurs, de programmes de normalisation du corpus de la langue, de la normalisation des panneaux de signalisation routière, de l'édition de livres et de l'organisation d'activités culturelles. Dans ce sens, il faut noter l'importance de deux expériences de collaboration entre le gouvernement basque et le Conseil Régional des Pyrénées Atlantiques: a) l'accord conclu pour réaliser l'enquête sociolinguistique de 1991 et b) l'accord pour permettre l'accès aux émissions d'ETB àIparralde. Ces accords furent signés dans le cadre du "Fonds de Coopération Aquitaine-Euskadi", établi pour promouvoir la coopération transfrontalière en matière économique et financière, d'écologie, scientifique, technologique, éducative, universitaire, culturelle, sociale, etc.

[Retour au sommaire]


4. Conclusion

L'élément le plus important de la situation sociale de la langue basque est l'augmentation de sa connaissance, tant du point de vue démographique que géographique et fonctionnel.

Cette augmentation est particulièrement évidente dans la tranche d'âge des 5 à 14 ans, qui correspond aux jeunes qui ont connu depuis le début la normalisation linguistique dans le domaine de l'enseignement.

Mais la présence du basque a aussi augmenté dans les administrations publiques, les mass-media et la société en général.

Cependant, le degré d'incidence de cette présence n'a pas été le même dans toutes les zones, domaines d'usage, collectifs et groupes d'âge. De plus, on ne peut pas dire que tous les processus de recul aient été enraillés.

[Retour au sommaire]

©Euromosaic